1

Montpellier : Vivement critiquée depuis six ans, l’usine Amétyst amorce sa modernisation

Source : 20 minutes – Publié le 11.10.2016 à 16:14
Mis à jour le 11.10.2016 à 16:19

DÉCHETS : Le délégataire Suez a investi 10 millions d’euros sur l’infrastructure de valorisation des déchets, qui a connu des débuts difficiles…

L’usine Amétyst, à Montpellier. – N. Bonzom / Maxele Presse
Nicolas Bonzom

Depuis son ouverture en juillet 2008, la vie d’Amétyst est loin d’avoir été un long fleuve tranquille… L’usine de méthanisation de la métropole de Montpellier, souhaitée par Georges Frêche, a été l’objet depuis six ans de vives critiques.

>> A lire aussi : Montpellier : Le quartier Garosud envahi par les mouches, un restaurant forcé de fermer

En septembre 2011, un rapport de la Cour des comptes pointait du doigt de nombreux « dysfonctionnements », de très importantes nuisances olfactives et un « pullulement de mouches » autour de cette infrastructure de valorisation des déchets, ainsi que des objectifs très loin d’être atteints. Un an auparavant, un violent incendie frappait l’usine…

« On en a bavé, mais on y est arrivé »

En inaugurant « Amétyst II » mardi matin, la métropole de Montpellier et son délégataire de service Suez ont tenté de prouver que tout cela n’était plus qu’un vilain cauchemar.

« La page est tournée », assure Philippe Saurel (divers gauche), maire et président de la métropole. « Désormais, c’est un outil qui fonctionne (…) Certes, on en a bavé, mais on y est arrivé », reprend Cyril Meunier (divers gauche), l’élu en charge de la valorisation des déchets.

Un nouveau compost

Un investissement de Suez de 10 millions d’euros a été nécessaire pour (enfin) pouvoir envisager un avenir plus serein à Amétyst, qui valorise aujourd’hui 51 % des déchets du territoire en nouvelles ressources. Avec le contenu de la poubelle grise, l’usine fabrique de l’énergie thermique, qui permet notamment aux habitants du quartier des Grisettes de se chauffer, de l’énergie électrique (22 Gwh/an), et du compost.

Et c’est là la principale nouveauté chez Amétyst : l’usine est désormais capable de fabriquer un nouveau compost, qui permet « d’être valorisé en agriculture », note Philippe Maillard, directeur général du recyclage et de la valorisation de Suez, et d’une qualité « très largement supérieure » aux normes. Avec, en 2017, la volonté d’en produire 33.000 tonnes par an grâce à la technologie de l’ultra criblage Rhewum.

Booster la valorisation des biodéchets

Mais un autre défi de taille attend Amétyst : la transformation des biodéchets, le maillon (très) faible du circuit dans la métropole. Un peu plus de 1.500 tonnes arrivent à l’usine aujourd’hui, alors qu’elle pourrait en traiter « beaucoup plus », confie Philippe Saurel.

>> A lire aussi : Montpellier : A Castries, la décharge inquiète toujours autant les associations

Et pour cela, la métropole entend booster ses performances (et celles des citoyens) en termes de tri sélectif. Avec, également, une extension du centre Demeter, totalement saturé, qui devrait porter la capacité de tri de 22.000 à 35.000 tonnes par an. Son ouverture est prévue à la fin 2019.




Inauguration de l’usine à ordures Amétyst 2

Inauguration de l’usine à ordures AMETYST 2

Le coût de cette usine : 100 millions d’euros plus 10 millions d’euros pour tenter d’améliorer avec la réalisation d’un nouvel outil de recyclage !
Un gadget de plus ?
Et les riverains ont toujours des odeurs…
Voici le reportage de FR3 Languedoc-Roussillon du 11octobre 2016 à midi

 

Inauguration de l’usine à ordures AMETYST 2 (Suite)

Un nouvel équipement de 10 millions d’euros pour rien ?
Oui d’après le député EELV Jean-Louis ROUMEGAS.
La réduction des nuisances passe par un tri à la source
Voici le reportage de FR3 Languedoc-Roussillon du 11 octobre 2016 à 19H00




Communiqué de presse – Amétyst 2

Envoyé: Samedi 8 Octobre 2016 14:24:15
Objet: Communiqué de l’Association des Riverains de Garosud

Madame, Monsieur le Rédacteur(trice) en chef,

L’inauguration d’AmétystII apparaît comme une farce de mauvais goût pour quiconque étudie le traitement et la valorisation des déchets.

L’invitation à la presse n’évite aucun cliché, aucune ficelle de propagande: une affiche semblable à celle d’un film de science-fiction avec en stars américaines, Messieurs Saurel et Meunier….

AmétystII, dont le sous-titre devrait-être: l’inévitable désillusion, annonce:« process d’ultra criblage ».

De quoi s’agit-il : de l’ajout d’un tamis à 5 mm.

Peut-on considérer lors de l’achat d’une passoire, fusse-t-elle électrique que l’on a changé sa cuisine ? Evidemment non…. C’est pourtant ce que l’on va tenter de nous faire croire.

Il ne manquera surement à ce grand spectacle qu’une bande son.

Nous proposons  « La complainte du progrès » de Boris Vian, progrès permettant dans notre cas,  de poursuivre ce qui semble être une idylle entre nos élus et les industriels.

Après «Le bel aérateur pour manger les odeurs », «Le canon à patates », «L’éventre- tomates », «Le ratatine-ordures »….Voilà la passoire inclinée d’Amétyst.

N’oublions pas qu’Amétyst est une chaîne de petites machines censée faire progresser nos déchets vers le summum de la valorisation.

Il n’en est rien depuis huit ans de fonctionnement.

La bataille de la valorisation ne peut se gagner que par le tri citoyen, la collecte séparée et le compostage des bio-déchets et non par le tri industriel de notre poubelle grise.

Investir massivement l’argent public sur des techniques industrielles nous enfonce dans l’impasse faisant prendre un retard considérable à notre métropole en matière de traitement économique et écologique des déchets.

Nul doute que notre bande sonore ne plaira pas à tout le monde.

Un journaliste apprécie rarement d’être mené en bateau.

Si malencontreusement cela devait-être le cas, autant que ce soit en musique.

Pour l’Association des Riverains de Garosud,
Le porte-parole,

François Vasquez




Réunion mensuelle 10/10/16

Cher(e)s adhérent(e)s, Cher(e)s Ami(e)s
La prochaine réunion de notre association aura lieu :
Lundi 10 octobre 2016 à 18h30
à l’Espace famille, rue Louis Aragon
Quartier Croix d’argent à Montpellier

ORDRE DU JOUR :

1) Nous entendrons M. Saurel, maire de Montpellier et M. Meunier maire de Lattes interrogés par France Bleu Hérault
2) Analyse du dossier sur les déchets paru dans la Gazette
3) Propreté, déchets comment gère-t-on ailleurs
4) Les « éco-quartiers » de demain !
5) Courrier adressé aux médias par MM Chanton & Vasquez
6) Questions diverses

Nous comptons encore plus massivement sur votre présence
La réunion se terminera avec le verre de l’amitié.
Danièle Cluzet, Président




Amétyst, l’usine de méthanisation de Montpellier produit -enfin- du compost

Par Pascale Viktory, Enregistrements du 11 octobre 2016 à 19:31 – France bleu Hérault

Ametyst , l’usine de méthanisation de la Métropole de Montpellier produit de plus en plus de compost . Suez,le gestionnaire de l’usine a investi 10 millions d’euros dans un nouveau système de valorisation des déchets ménagers . Objectif en 2017 :33Millions de tonnes de compost.

Huit ans après sa mise en service , Ametyst , l’usine de méthanisation de la métropole de Montpellier produit ( enfin ) du compost ..C’est grâce à l’installation d’un nouveau système dit de « haut criblage  » plus performant, de traitement des déchets organiques, dans les trois jours après leur arrivée .( cela permet de mieux séparer les matières non organiques comme des restes d’emballage, de plastique des bio déchets ) et donc de produire du compost de meilleure qualité ….et en plus grande quantité. Un investissement de 10 millions d’euros pour Suez, le gestionnaire d’ Ametyst.
 » Ametyst est la seule usine en France qui fonctionne avec des déchets urbains mélangés, ce qui est extrêmement compliqué « Jean-Louis Chaussade, Directeur général de Suez .

En 2012 , Ametyst sortait 175 tonnes de compost par mois , aujourdhui ,Ametyst est passée à 1800 tonnes par mois .. un compost  » normé  » qui répond donc aux exigences européennes et qui peut être utilisé par les agriculteurs …à qui il est , pour une grande partie, distribué gratuitement . l’objectif de Suez est d’en produire 33 OOO tonnes en 2017.
« autant avant ,on devait attendre la fin du cycle complet ,soit deux mois, pour savoir si on avait du compost  » normé », là ,au bout de 3 jours, grâce au système d’ultra criblage, on est capable d’assurer que la matière organique est extrêmement épurée et qu’on aura un compost de haute qualité. » Guillaume Ribour, directeur du pôle méthanisation

Francois Vasquez, le porte parole de l’association des riverains de Garosud dénonce une farce de mauvais goût .Il dénonce un gaspillage de l’argent public et remet en question la qualité du compost produit.
« Qui va acheter ce compost, à quel prix? personne , c’est un compost pollué puisqu’ il n’est pas issu exclusivement des bio- dechets mais de tout ce que l’on met dans la poubelle grise et trié mécaniquement même avec la plus belle machine, ce compost n a pas de valeur  » Francois Vasquez, porte parole de l’ Association des riverains de Garosud .

Ametyst traite 140 OOO tonnes de déchets par an pour une population de 420 000 habitants .Ametyst produit déjà de l’électricité et de la chaleur qui alimentent le quartier des grisettes et la nouvelle clinique Saint Roch à Montpellier.