Lettre au ministre de l’écologie (06/11/12)

0 Comments

Madame Delphine BATHO
Ministre de l’Écologie,
du Développement durable
et de l’Énergie
Grande Arche Tour Pascal A et B
92055 PARIS LA DEFENSE CEDEX

Montpellier, le 6 novembre 2012

COURRIER RECOMMANDÉ avec AR

Objet : Demande d’Audience

Madame la Ministre,

Vous avez été informée par les courriers de différentes associations, dont l’ARIVEM, d’une manifestation nationale ce 17 novembre à Paris, à l’occasion de la semaine Européenne de la réduction des déchets.

L’Association des  Riverains de GAROSUD de Montpellier y sera fortement représentée. La raison de notre colère est qu’aucune conclusion n’a été tirée de l’échec avéré de l’usine TMB méthanisation AMETYST de Montpellier, qui fonctionne ou plutôt dysfonctionne depuis juillet 2008. Les nuisances, les  incendies, le gouffre financier, la valorisation quasi nulle en compost comme en biogaz excédentaire, illustrent le tableau de cette absurde expérimentation à grande échelle.

Le dernier rapport d’exploitation démontrait que 95% des déchets traités par AMETYST partaient en décharge ou à l’incinération. Le durcissement salutaire pour le monde agricole de la norme Européenne à  venir sur les composts, fera que cette équation perdurera, en dépit des manipulations  (ajouts de déchets verts et de composts bio au digestat issu de TMB), la  pseudo norme Française spécifique à l’étude n’étant qu’un subterfuge grossier porté par les lobbies industriels.

Le TMB représentait pourtant la chronique d’un échec annoncé, par tous ceux qui avaient une maîtrise technique sur le sujet. Seuls les porteurs de projets industriels et politiques faisaient semblant d’y croire, la plupart n’ayant pas le courage de leurs opinions de couloirs ou de commissions.

Madame la Ministre, lorsque l’on construit une usine TMB, le mal est incurable, car il est dans le remède même. On croit construire une “unité”  de valorisation et toutes les expériences nationales comme internationales prouvent que ces structures ne font que gaver les décharges et les incinérateurs, l’effet pervers étant qu’elles dissuadent en plus, ce qui est un comble, la valorisation de la matière organique par un tri citoyen à la source.

En effet l’usine de Montpellier est à 85% une usine de tri et à 15% une usine de méthanisation. Cette équation est toujours dissimulée par les industriels et nous souhaiterions vous la démontrer lors de l’audience que nous sollicitons et que, nous n’en doutons pas, vous nous ferez l’honneur de nous accorder.

Notre expérience sur le fonctionnement des services préfectoraux nous amène à souligner que le Préfet a le pouvoir d’autoriser de telles usines expérimentales en ville, mais que dans un second temps il n’aurait plus celui de les arrêter. Dans les faits, les sommes engagées sont telles, qu’elles laissent les représentants de l’État dans l’incapacité d’agir, confiant au bon vouloir des collectivités locales et des industriels, bien souvent dépassés, le soin de gérer et de masquer le scandale.

Madame la Ministre, le mal n’est pas encore fait à Romainville, ne permettez pas qu’il le soit.

A Montpellier, l’usine doit être démantelée étant donné les nuisances et les risques non maîtrisés et sachant qu’elle ne remplira jamais sa fonction.

En tant que membre de la CLIS d’AMETYST depuis l’origine, nous avons pu suivre la longue descente aux enfers de ce projet absurde. Il n’y a que les illusionnistes aux diagrammes magiques et les Pinocchios du blanchiment écologique pour donner encore une chance à ce qui représente la plus grande impasse industrielle et le plus grand scandale environnemental et sanitaire à venir.

A l’instar des emprunts toxiques DEXIA pour les collectivités, du scandale de l’amiante en termes de santé publique, le TMB ne tardera pas à cristalliser l’inadmissible passivité des politiques face aux lobbies industriels, ignorant de manière injustifiable la prise de conscience citoyenne.

Ces comportements ont vécu un temps, maintenant révolu.

Nous ne doutons pas que vous prendrez la mesure du scandale à venir. Il vous appartient avec le Gouvernement de mettre en œuvre, dès maintenant, tous les moyens nécessaires  afin de protéger notre santé, notre environnement et d’utiliser à bon escient l’argent public.

Dans l’attente de vous rencontrer, nous vous prions d’agréer, Madame la Ministre, l’expression de notre haute considération.

Danièle CLUZET (Président)    François VASQUEZ (Porte parole)

Air Jordan SC 123
burberry sale Fashion Duos in the 1980s

the superior nine gulf totes
woolrich saleGerman Restaurants in Colorado Springs