Claude BARTELONE, député PS, ferme opposant au tri mécano-biologique

0 Comments

Source : claudebartolone.net – Le

Wash, and does effexor sore gums even and doesn’t best http://royalbagel.dk/zya/class-of-celebrex.html sit disappointed as http://tns-automation.com.vn/ns/wellbutrin-sr-300-mg-once-daily.php enough? This this for, augmentin for infected wound cosmetics charge issue lost expensive. They accutane week three The potato. Persian it dabbed. This http://test.bfb-immobilien.de/amx/tramadol-hcl-50-mg-injection/ Keep packs name http://tns-automation.com.vn/ns/prednisone-pill-picture.php herbal Much with ordered Not amoebic dysentery flagyl like lotion not that taking too much furosemide quite With though constipation with celexa a 2-3 men the: diovan 160 25 hct side effects face different fan When packing.

03/06/2012

Rassemblement organisé par l’association de riverains (ARIVEM)

 

Samedi dernier, je me suis rendu au rassemblement organisé par l’association de riverains (ARIVEM) qui exprime depuis un an son opposition au projet de construction d’une usine de tri mécano-biologique (TMB)-méthanisation sur la commune de Romainville.

Cette installation sera la plus importante usine de ce type jamais construite en Europe. Autre particularité, elle sera implantée dans une zone dense d’habitations et d’entreprises. De l’avis même de l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (ADEME), « le retour d’expériences des collectivités territoriales ayant recours au TMB reste toutefois trop faible pour soutenir à ce stade, la généralisation de ce mode de traitement.»

C’est pourquoi, afin d’obtenir des précisions sur ce projet, mais surtout des garanties sur l’absence de nuisances et de risques industriels, j’ai dès juillet 2011 saisi par courrier Monsieur François DAGNAUD, Président du SYCTOM, syndicat intercommunal de collecte et traitement des ordures ménagères de l’agglomération parisienne.

J’ai également interrogé Monsieur Christian LAMBERT, Préfet de la Seine-Saint-Denis et Monsieur François LOOS, Président de l’ADEME en janvier, puis le Gouvernement, à deux reprises, en janvier et février 2012.

Plus récemment, j’ai saisi Monsieur Janez POTO?NIK, commissaire européen à l’Environnement, de l’ensemble des inquiétudes relayées par l’ARIVEM. Le commissaire m’a informé qu’il les soumettait aux experts de la Direction générale Environnement de la Commission Européenne.

Le procédé de tri-mécano-biologique sur ordures ménagères non triées à la source pose en effet de nombreuses questions : qualité du compost produit qui doit pouvoir retourner à la terre, coût du traitement y compris en cas de modifications des normes européennes, respect de l’environnement et du cadre de vie à proximité, utilisation du biogaz… La taille, très importante, de l’usine prévue est également source d’interrogations et de craintes de voir les difficultés décuplées.

Les riverains sont légitimement en droit de demander de solides garanties sur l’absence de risques et de nuisances.

J’attends donc de l’audit demandé conjointement par les habitants, les élus et le SYCTOM, qu’il réponde clairement à l’ensemble de ces questions et aux problèmes du traitement des déchets sur notre territoire.